Lundi, 17 Décembre 2018
Latest news
Main » Nancy Pelosi, première opposante mal-aimée à Donald Trump

Nancy Pelosi, première opposante mal-aimée à Donald Trump

13 Novembre 2018

De plus, la politique deviendra inévitablement plus expansionniste lorsque l'économie américaine basculera en récession (ce que nous ne prévoyons pas à l'heure actuelle, mais qui se produira forcément à l'avenir).

Malgré tout, des motifs de satisfaction sont bien au rendez-vous pour Donald Trump.

Découvrez mon dernier livre Zoom sur le monde: 20 clés géopolitiques pour comprendre le monde à l'ère de Trump. À l'inverse du Sénat, le contrôle de la Chambre des représentants devrait basculer en faveur des Démocrates. Mais en tout état de cause, pour parvenir à leurs fins, il faudrait une majorité sénatoriale aux opposants du gouvernement, ce qu'ils ont encore moins depuis le 6 novembre: selon les premiers décomptes, les républicains auraient raflé un à deux nouveaux sièges à la chambre haute.

L'agence Reuters affirme qu'il aurait une mésentente entre les négociateurs américains et canadiens en ce qui a trait au texte préliminaire. Barack Obama, après sa déculottée de 2010, avait été réélu facilement en 2012.

Ayant mis entre parenthèses la plupart de ses obligations présidentielles, Trump a passé toute la dernière semaine sur les routes, enchaînant chaque jour deux ou trois apparitions publiques pour mobiliser ses troupes.

En jeu: les 435 sièges de la Chambre des représentants ainsi qu'un tiers du Sénat (35 sièges), 36 postes de gouverneurs et une multitude de scrutins locaux.

Paradoxalement, les démocrates sont moins opposés aux tarifs douaniers que les républicains, chantres traditionnels du libéralisme économique.

La haine est créée alors que les gens n'entendent que des allégations négatives au sujet du président dans les médias déterminés à ne pas mettre en lumière ses succès tout en ignorant les échecs et les lacunes des principaux démocrates.

La victoire des républicains en Floride et au Texas, où Trump s'est personnellement impliqué, confirme sa stratégie en vue d'une nouvelle échéance: la prochaine élection présidentielle en 2020. Le président a fait passer son message dans tout le pays et a réussi à consolider et à accroître le contrôle républicain au Sénat. Le président concentre au contraire l'essentiel de sa communication sur le succès républicain au Sénat, qui était pourtant attendu en raison d'une carte électorale favorable. Si les démocrates ont reconquis suffisamment de sièges pour assureur leur majorité à la Chambre, leur performance n'a de fait rien de la " vague bleue " annoncée.

La Chambre votant les projets de loi de la Maison Blanche, Mme Pelosi pourra, à la tête de sa majorité, bloquer les textes républicains, comme une nouvelle réforme des impôts ou la construction du mur anti-migrants à la frontière mexicaine.

Après les élections de mi-mandat aux États-Unis, le Congrès est désormais divisé, à l'image de l'Amérique.

Plusieurs statistiques sont révélatrices de ces changements. À quelques exceptions près, il s'agit de vastes régions peu peuplées. D'autre part, l'arrivée au Congrès de nombreuses femmes, pour certaines issues des minorités, comme Rashida Tlaib, Ihlan Omar, Lauren Underwood, Alexandria Ocasio-Cortez ou encore Sharice Davids, s'accompagne d'un nouvel agenda, plus à gauche, plus en prise avec les préoccupations des électeurs progressistes, en particulier chez les jeunes (dette étudiante, limitation du port d'armes, instauration d'un salaire minimum, système de santé gratuit, etc.). "Il y a une différence de 20 points, et c'est en défaveur des républicains".

Si Donald Trump a perdu sa majorité au Congrès, les élections de mi-mandat ont aussi montré qu'il conservait un électorat motivé, plus semblable à une fan-base de rock star. C'est sur elle que Donald Trump va pouvoir rejeter tous les potentiels blocages de la seconde moitié de son quinquennat.

Nancy Pelosi, première opposante mal-aimée à Donald Trump