Mercredi, 23 Janvier 2019
Latest news
Main » L'amorce d'un changement de méthode — Allocution de Macron

L'amorce d'un changement de méthode — Allocution de Macron

10 Décembre 2018

"Humilité, écoute, et surtout pas de ton martial", préconise un cadre de la majorité.

Politiquement, la balle est désormais dans le camp du Président de la République.

Qu'attendent les Réunionnais de cette allocution?

Comme dans d'autres villes, le parcours avait été changé pour l'éloigner des manifestations liées aux "gilets jaunes". C'est tout le système de représentativité qui est ainsi remis en cause par ce grand mouvement de contestation.

Comment s'est préparé le chef de l'Etat?

.

Un blindé de la gendarmerie entrant en action (on se demande bien pourquoi!) avenue de Friedland à Paris.

17 h 31 - Annonces de Macron: attention, bonneteau impossible!

Les profils des personnes interpellées sont très proches de ceux observés le 1er décembre, a-t-il ajouté: majoritairement des hommes de moins de 40 ans, pour la plupart sans antécédents judiciaires, venus de toute la France, et quelques "profils plus marqués issus manifestement de l'ultra-droite", comme six hommes arrêtés vendredi et déférés samedi soir au parquet, "ou des rangs de l'ultra-gauche". Il faut réformer mais aussi accompagner les gens vulnérables. Beaucoup servent essentiellement de défouloir contre le président de la République, comme vous pouvez le voir ci-dessous. La semaine passée, 65 000 membres des forces de l'ordre, dont 5 000 à Paris, avaient été déployés.

Plusieurs journalistes ont été malmenés et même blessés lors des manifestations, dont plusieurs par des tirs de balles en caoutchouc.

Le Chef de l'Etat a déjà annoncé l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants. "Le meilleur pouvoir d'achat, c'est le salaire ".

A Lyon, 7.000 personnes selon la préfecture et "au moins 10.000" selon les organisateurs ont pris part au cortège, dont des dizaines de "gilets jaunes".

Les modalités de cette prise de parole témoignent de cette ambition. A priori, pas "coup de pouce" supplémentaire au Smic - en dehors de la hausse de 1,8% en janvier - comme l'a indiqué Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. Un abandon aujourd'hui signifierait une scission entre Emmanuel Macron et son Premier ministre.

Un ressentiment qui s'exprime jusque chez les porte-parole officieux du mouvement.

La suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune figure aussi en tête de liste des revendications des gilets jaunes. Mais sa priorité est que le mouvement reste apolitique. "Pour l'instant, l'acte V est maintenu", explique Laetitia Dewalle. Il y a une attente importante de la population, on est plus à deux ou trois mois, on est dans l'immédiateté, s'impatiente-t-il. "Il y aura autant de samedis que nécessaires, que ce soit à Paris ou en région".

L'amorce d'un changement de méthode — Allocution de Macron