Mardi, 19 Mars 2019
Latest news
Main » Ce que l'on sait de l'attentat de Christchurch — Terrorisme

Ce que l'on sait de l'attentat de Christchurch — Terrorisme

17 Mars 2019

Ancien instructeur de fitness dans l'Australie rurale, Brenton Tarrant a été inculpé samedi pour meurtre après l'un des pires crimes les plus jamais perpétrés en Nouvelle-Zélande: le massacre de 49 fidèles dans des mosquées de Christchurch. Deux autres suspects sont en détention.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a révélé dimanche 17 mars que son cabinet avait reçu vendredi, neuf minutes avant le début de l'attaque de deux mosquées de Christchurch, le "manifeste" de l'extrémiste australien accusé du carnage. Il comparaîtra dès demain devant un tribunal.

En milieu d'après-midi, la police a révélé qu'un suspect, dont l'identité n'a pas été communiquée, avait été appréhendé près des lieux des attaques, mais a indiqué qu'un autre assaillant pourrait encore être en liberté dans la ville. Le pays a relevé son niveau d'alerte de bas à élevé. Des posts sur les réseaux sociaux laissent penser qu'il serait allé jusqu'au Pakistan et en Corée du Nord.

Les deux cibles connues étaient la mosquée Masjid al Noor dans le centre de la ville ainsi qu'une seconde mosquée, à Linwood, dans la banlieue. Mike Bush, commissaire de police de la Nouvelle-Zélande, annonce que "Quatre personnes ont été placées en garde à vue à la suite de plusieurs tirs meurtriers", 3 hommes et une femme. Voici ce que l'on sait en cette fin de matinée. "Je crois qu'il demeure des questions nécessitant des réponses, a-t-elle ajouté".

Lors d'une conférence de presse dans la soirée, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a promis des réformes.

De précédents gouvernements néo-zélandais ont déjà tenté de durcir la législation sur les armes à feu mais le lobby de la chasse s'y est opposé avec succès. Une victime a succombé à l'hôpital.

Une personne a été appréhendée, a-t-il dit.

De nombreux dirigeants à travers le monde ont exprimé leur tristesse et leur dégoût après cette double attaque. "Je pense qu'il s'agit d'un petit groupe de personnes qui ont des problèmes très, très graves". Peu avant son attaque, il avait publié un manifeste où il dénonçait un "génocide blanc". "Certains étaient couverts de sang ". Selon les autorités, 41 personnes ont été tuées dans la première mosquée, et 7 dans la deuxième.

La police urbaine en Nouvelle-Zélande n'est pas armée.

Un porte-parole du ministère néo-zélandais de l'Intérieur a prévenu qu'il était vraisemblable que la vidéo soit repréhensible au regard de la loi du pays et que le partage soit illégal. L'auteur du texte explique également sa volonté de "venger les centaines de milliers de morts dus aux invasions étrangères en Europe au long de l'histoire" et plus récemment les "victimes des attentats" djihadistes.

Quatre personnes, trois hommes et une femme qui ne figuraient pas sur la liste de surveillance de la sécurité, ont été arrêtés et les mosquées mises sous clés par la police.

Ce que l'on sait de l'attentat de Christchurch — Terrorisme